Les varroa destructor

 

Le varroa destructor est un acarien arrivé d’Asie dans les années 1950 et a envahit l’Europe. Le varroa parasite l’apis cerana (abeille asiatique) qui le tolère, il vit à ses dépens dans la ruche. En 1952 le varroa qui avait jusqu’alors toujours vécu avec l’apis cerana semble s’installer avec l’apis mellifera, notre abeille européenne. C’est en 1982 qu’on l’aperçoit pour la première fois en France. Le monde est progressivement envahit par cet acarien a l’exception de l’Australie et de la Nouvelle Zélande.

 

Le varroa ressemble à un petit crabe rouge aplati de 1 à 1.8 millimètre de long sur 1.5 de large. Il a des pattes courtes qui lui permettent de s’accrocher à une abeille et le corps recouvert de soie.

 

La femelle varroa pond des œufs des les cellules qui hébergent des larves d’abeilles. Les œufs fertilisés par le male varroa deviendront des femelles alors que ceux non fécondés deviendront des males. Les jeunes varroa se nourrissent des la nourriture des larves d’abeille et les femelles adultes se nourrissent d’hémolymphe (sang) d’abeille. Les femelles sont adultes en 9 jours et les males en 7 jours. Le male dépend de la nourriture donnée à la larve, il doit donc féconder la femelle avant que l’abeille sorte de la cellule, il meurt après par manque de nourriture. Les femelles vivent plus longtemps et suivent les déplacements des abeilles en s’accrochant aux ouvrières et aux faux bourdons, elle peut donc changer de ruche facilement et coloniser une région.

 

Une même abeille peut en héberger plusieurs, on comprend ainsi pourquoi les abeilles finissent par mourir. Au niveau des larves d’abeilles il entraine des malformations sur les larves se qui provoque, a long terme, des dommages sur la ruche entière. Si la prolifération de l’acarien est grande au sein d’une même ruche et qu’elle est non traitée la colonie d’abeilles se voient rapidement dépeuplée. Le varroa est difficilement repérable du fait de sa petite taille.

Certaines apis mellifera sont plus résistantes au varroa car elles détruisent de façon sélective les cellules de la ruche ou loge des varroas qui ont déjà produit une descendance, les cellules renfermant des varroa femelles stériles ne sont pas détruites. La destruction des varroa qui ont eu une descendance est un des mécanismes qui explique la résistance des abeilles asiatiques aux varroa.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site